Mœurs politiques Françaises

La France se veut une exception à bien des égards. Mais est-ce une bonne chose en particulier dans le domaine des mœurs politiques. En France les joutes politiques sont rudes, ce qui est normale. Le problème c’est que le fond n’est rarement abordé et le combats politique se réduit souvent à des luttes entre personnalités politiques. Les hommes politiques devrait incarner et traduire dans les fait les aspirations légitimes des citoyens. Mais de qui parlent t’on? Des élus locaux qui quelques soit la couleur politique savent travailler ensemble ? Ou de ces personnalités politiques nationales indéboulonnables, qui ne sont finalement que des animaux de cirques ou de piètre illusionnistes.

Comment en est on arrivé là? Les mœurs politiques sont le résultats de nos institutions trop centralisatrices et de notre mode de scrutins par trop majoritaire.

Si on regarde l’orientation politiques des Français, celui ci est finalement équilibrée, avec des opinions de gauche, du centre et de droite. La gauche est à 30 % des intention de vote, le centre est à 30%, la droite est également à 30%. Rationnellement, on pourrait s’attendre que la représentation nationale au parlement soit équilibré, mais cela ne sera pas le cas. En France il ne peut y avoir qu’un vainqueur! C’est une tradition hérité des jeux de l’arène. Notre mode scrutin désignera le vainqueur. Il ne sera pas désigné par les électeurs qui dans la majorité n’iront pas voté. La semaine suivant le gouvernement sera au travaille et un peu plus tard 60 % des Français seront mécontent et dans la rue, avec toute les violences que cela accompagne. Ces violences sont le résultat d’un blocage. Les positions extrémistes des partis sont le résultat de ce blocage. Et voilà les électeurs entraîner dans des positions extrémiste, où contraint de s’abstenir!

La première tâche du gouvernement sera donc de mettre fin à ce blocage en changeant notre mode de scrutin. La nouvelle majorité de gouvernement n’ayant très vraisemblablement pas la majorité au Sénat qui est pris actuellement pris en otage par Gérard Larcher qui est en train de piloter notre démocratie vers un vole en piqué. Cette réforme devra passer donc par un référendum. En cela je suis d’accord avec la Nupes et le Rassemblement National.

Les partis d’opposition doivent changer leur logiciel politique et devenir des partis de coalition. Après une élection, il doit avoir des discussions entre partis. Le résultat de ces discussions est un contrat de coalition. Les partis capables de travailler Ensemble! formeront le gouvernement.